Sécheresse : pourquoi modifier notre alimentation peut tout changer

L’agriculture et l’élevage sont très consommateurs d’eau. C’est le cas en particulier de l’élevage, surtout quand il est intensif. Pour favoriser un meilleur accès à l’eau pour toutes et tous, changer notre alimentation peut donc avoir un effet important et durable.

L’agriculture intensive gaspille énormément d’eau 

Produire le plus possible, le plus rapidement possible sur le moins de surface possible : voilà ce qu’est l’agriculture intensive. Cette pratique agricole qui privilégie la productivité à tout autre élément a de lourdes conséquences écologiques.

C’est notamment le cas sur l’eau. Les dégâts sont quantitatifs autant que qualitatifs. 

L’agriculture intensive épuise la quantité d’eau disponible. Ainsi, en France, ce type d’agriculture accapare, selon les chiffres de l’UFC-Que Choisir, 80 % de la consommation nette estivale de l’eau et la moitié de la consommation nette annuelle.

Par ailleurs, l’agriculture intensive dégrade la qualité de l’eau. Là encore selon l’association UFC-Que Choisir juge que “s’agissant des nitrates, (…) 43 % des nappes dépassent la valeur guide européenne.”

La viande nécessite beaucoup d’eau – mais certaines viandes sont plus sobres

Produire un kilo de viande nécessite beaucoup d’eau. Pourquoi ? 

Pour produire de la viande, il faut élever des animaux. Pour les élever, il faut les nourrir. Et pour les nourrir, il faut des végétaux – légumes et céréales. En bout de chaîne, pour produire ces végétaux destinés à nourrir des animaux d’élevage, il faut beaucoup d’eau. 

C’est ainsi que l’INRAE estime qu’il faut mobiliser 500 à 700 litres d’eau pour produire 1kg de bœuf.

Pour autant, toutes les viandes ne se valent pas. Par exemple, un kilogramme de poulet nécessite trois fois moins d’eau que le bœuf ! Vient ensuite le porc, puis le bœuf. 

Nous pouvons changer les choses 

Souvent, l’argument en faveur d’une grande consommation de viande est l’apport en protéines. Cet argument est biaisé : rappelons que, d’après l’ANSES, nous consommons presque deux fois trop de protéines ! Il y a donc de la marge : manger moins de viande ne menace pas notre santé ! Voyons maintenant les alternatives à la viande.

Découvrons la richesse des protéines végétales

Les légumineuses sont une bonne alternative à la viande. Par exemple, les haricots, fèves, lentilles ou encore pois chiches. Ces légumes nécessitent nettement moins d’eau que la viande de bœuf et de porc et apportent tout autant de protéines.

Protéines végétales

Les céréales sont également une bonne solution. Elles sont riches en glucides et en protéines. Par exemple, le riz complet, le pain complet ou encore le maïs. 

Enfin, les oléagineux comme les amandes, noix et noisettes sont riches en protéines. Là encore, l’eau nécessaire pour le produire est nettement moindre que la viande, en particulier celle de bœuf et de porc. 

Choisissons des producteurs locaux / productrices locales de viande

Nous pouvons manger de la viande en limitant notre consommation d’eau. La solution est là : aller voir les producteurs locaux et productrices autour de chez nous !

Si ces exploitant·es privilégient les élevages nourris à l’herbe, ils consomment beaucoup moins d’eau. Contrairement aux céréales, l’herbe ne nécessite pas, en effet, d’irrigation. Ces paysans et paysannes ne recourent donc pas aux méga-bassines.

C’est le cas des éleveurs et éleveuses de la ferme Gaborit, en Maine-et-Loire. Pour nourrir leur vache, ces exploitant·es choisissent une alimentation “à base de pâturage sur prairies à fleurs composées du printemps à l’automne (9 mois).” Ensuite, pendant l’hiver, les vaches “sont nourries de foin, de betteraves et de mélanges céréaliers.

In fine, nous pouvons donc manger de la viande à moindre frais environnemental.

Vous souhaitez agir pour mieux manger et moins gaspiller ? Le Zeste en Plus anime des ateliers pour vous accompagner toute l’année ! L’objectif : en groupe, nous découvrons ce qu’est l’alimentation durable et apprenons à mettre en place les bonnes pratiques culinaires dans notre quotidien.

 Pour vous inscrire ou avoir des informations, c’est par ici : 

ARTICLES RÉCENTS

Comment allier Plaisir de manger et santé

Concilier plaisir et santé en mangeant équilibré, c’est plus facile qu’il n’y paraît !
Manger procure un certain bien-être et doit rester un plaisir en toutes circonstances, mais c’est aussi une des meilleures façons de rester en bonne santé. Le contenu de notre assiette est donc très important.

lire plus

LE ZESTE EN PLUS

Le Zeste en Plus accompagne les entreprises et les particuliers vers une alimentation durable, respectueuse de la Terre et des humains.

CONTACT

06 79 05 89 19

REJOIGNEZ LES ZESTEURS !

Rejoignez la communauté des Zesteurs en vous inscrivant à notre newsletter…

4 + 3 =